05
Nov
2018
08
Août
2018

Profession –  Mannequin, égérie, scénographe, designer, épicurien….
Sa dernière signature – L’Hôtel Mona Bismarck au 34 avenue de New York, Paris 16 ; un lieu proposé en exclusivité par Moma Sélection


Entretien avec Axel Huynh – Photos JP. Salle

Il a défilé pour Jean-Paul Gauthier, illumine les nuits parisiennes, scénarise les rêves les plus fous… Et ajoute depuis quelques années, suite à une belle rencontre comme dans un conte d’Hollywood, une nouvelle corde à son arc en créant un cabinet de design, de lifestyle et d’émotions. Sans cesse inspiré, sans cesse en voyage, il reste sans cesse souriant, comme si, vous seul(e) comptiez dans l’assemblée. Ou sont-ce les projecteurs qui ne sont jamais loin pour capter son allure ? En tout état de cause, il fait tout très bien.

Mona Bismarck, une femme qui t’inspire ?  Totalement, intensément ! Mona Bismarck est une femme de son temps, amatrice d’art, très contemporaine et aux goûts bien affirmés. Les femmes de caractère m’inspirent… C’est peut-être à cause de, devrais-je dire grâce, à ma mère (ndlr. rires).

 Ta première fois à l’Hôtel Mona Bismarck ? A l’occasion de la soirée de lancement du parfum Elizabeth Arden que j’organise en juin 2016 : de plain pied sur la Seine, la Tour Eiffel en toile de fond, le coup de foudre est immédiat. Et le lieu comme prédestiné : Elizabeth Arden était une actrice contemporaine qui a laissé son empreinte.

Ta pièce préférée là-bas ? Le Salon Chinois avec ses tapisseries au mur, ses chinoiseries et ses somptueuses fresques faisant écho à mes origines. J’ai choisi de mettre en relief cet héritage asiatique avec de magnifiques vases en porcelaine Ming, offrant un habile contraste avec l’esprit contemporain de mes méridiennes et le diptyque de bibliothèques en acier, inspiré par Mondrian et Charlotte Perriand.

Si tu devais te poser deux jours dans un lieu parisien : plutôt hôtel, atelier ou musée ?  Chez moi ! Mon appartement parisien, situé à Oberkampf, est à mon image ; Tout y est affaire de mélange de genres et d’œuvres coups de cœur. On y retrouve un esprit Bahaus revisité et un joyeux chaos contemporain : des suspensions de Serge Mouille côtoient l’iconique table ovale Knoll en marbre de Saarinen. L’appartement fait aussi la part belle à mes créations signatures : l’incontournable H Desk en marbre vert, les daybeds AH, luminaires en Onyx Y et mon iconique LZ Chair.

 Le 16ème  arrondissement, tu aimes ?  Plus que ! Avec le Palais de Tokyo, le musée Yves Saint-Laurent et le Palais Galliera : le périmètre de l’Hôtel Mona Bismarck est devenu « The Place to Be », la quintessence du chic parisien.

 Un artiste avec lequel tu aimerais dîner ? Un duo : Jean Cocteau et Jean Marais dont j’admire le travail et la complicité indéfectible.

Tes plus belles émotions en design ? La découverte du mouvement artistique Bahaus avec ses lignes graphiques, brutes et minimalistes qui restent, aujourd’hui encore, l’essence-même de mon travail. La Cité radieuse du Corbusier à Marseille, et le musée MAMO, me fascinent toujours autant (aussi pour la vue à 360° sur Marseille). J’aime aussi le style, toujours minimaliste, du décorateur Jean-Michel Franck aux racines-mêmes du style Art-Deco.  Less is More…

Une manifestation artistique où tu aimerais voir tes œuvres ?  La FIAC au Grand Palais sans hésiter. Je m’y suis produit en scénographe et j’en garde un superbe souvenir. Y voir mes œuvres serait une consécration.

 Au bar, tu commandes… Un Mimosa.

 La culture américaine est très présente à l’Hôtel Mona Bismarck : une découverte pour toi ?  J’ai toujours été inspiré par les Etats-Unis et ses artistes comme Andy Warhol ou David Hockney. C’est aussi grâce à une belle rencontre avec l’actrice américaine Hilary Sank que j’ai fait mes premières armes dans le design intérieur en réalisant les intérieurs de son appartement parisien rive gauche. La version US du AD (Architectural Digest) me consacre alors un reportage complet,  et s’offre à moi, alors jeune designer, une visibilité inédite.

Les vieux murs de l’hôtel particulier : une contrainte ou une inspiration  Une évidence ! Je les ai habillé naturellement avec mes créations design offrant au lieu une nouvelle magie : conjuguer style classique et mobilier contemporain.

Tes trois couleurs du moment ? Vert Emeraude – Jaune Ambre – Bleu Roi

Un parfum qui t’émeut ? Celui que je suis en train d’imaginer avec un grand nez parisien et qui sera à mon image… A la fois complexe, insaisissable et éclectique avec des notes boisées et florales, teintées de poésie.

Une maison parisienne que tu aimerais designer  Le musée Rodin ou le Petit Trianon à Versailles, deux lieux qui m’inspirent énormement.

Plutôt insta, twitter ou linkedin  ? Mon agent américain me surnomme QueenStagram… Guess !

www.axelhuynh.com 

A suivre sur Instagram donc #axelhuynh !

12
Avr
2018

Nouveau – Notre format privatisation au Club 13 pour fêter un anniversaire, des noces d’argent, une naissance, un « deal »… toujours une bonne raison de fêter quelque chose !
Où –  Au Club 13, l’antre très privé et mythique du grand cinéaste Claude Lelouch
On aime – Le prix ! A partir de 90 euros/pers. pour privatiser un lieu mythique (de 19 à 22h, de 20 à 60 pers.)

Après quelques mois de travaux et une jolie déco signée par Sarah Lavoine, le Club 13 est devenu cette année l’une des adresses dont on parle en ville pour sa bonne humeur, ses cocktails et son karaoké de fin de semaine. La célèbre adresse de Claude Lelouch, qui officie toujours dans les studios,  fait désormais partie du panel de lieux Moma Sélection, qui a eu le souhait de  rester fidèle avant tout au confort et à l’âme des lieux. Notre décoratrice Sarah Lavoine a souhaité conserver les boiseries, y a travaillé à tamiser les lumières et parfaitement joué avec les tons d’ocre, de vert et de rouge, pour créer une ambiance feutrée et cosy grâce au velours.
Le soir venu, place à la fête : le restaurant se transforme en karaoké les jeudis, vendredis et samedi de 22h à 2h du matin. Les miroirs laissent place aux écrans géants puis place à la chanson française avec un catalogue travaillé de tous les best-ofs : Joe Dassin, Michel Delpech, Niagara, France Gall ou encore Johnny Hallyday… Un piano et une guitare acoustique permettent aux mélomanes confirmés de régaler l’assistance de leurs talents.

Le Club 13 propose à des petits groupes constitués de privatiser le lieu en amont de ces soirées « karaoké », permettant ainsi de proposer un cadre convivial et exclusif en première partie de soirée puis de profiter de l’ambiance festive dès 22h, lorsque l’adresse s’ouvre au public. De 19 heures à 22 heures, le lieu est à vous et à vous seul.  Notre formule à 90 euros/pers. (à partir de 20 pers.) prévoit un apéritif dinatoire avec charcuteries italiennes (spianata, saucisson à la truffe, mortadelle Bologne à la pistache IGP, jambon de Parme affiné), fromages italiens (taleggio DOP, provolone, scarmoza fumée) et assiette scandinave (blini, tarama et saumon gravlax). Des produits simples et savoureux accompagnés d’une coupe de champagne et d’une sélection de vins Mouton Cadet pour jouer la valeur sûre. Cette formule inclut également les softs.
En option – Le gâteau maison, l’animation karaoké ou la projection privée dans l’une des 2 salles de cinéma du Club 13.

Club 13 – 15 avenue Hoche, 75008 Paris
Contact commercial – Anais Leoni. Tel : 01 44 13 11 57 / 06 69 05 60 92
commercial@club13.fr

08
Mar
2018

Nouveau –  Moma Sélection vous propose l’expérience du Vieux Paris à travers la location des salons privés du restaurant Lapérouse
Les salons  –  De 2 à 60 pers., habillé de boiseries ou de cuir de Cordoue, aucun ne se ressemble !
Idéal pour  – Une journée de travail en comité de direction, un petit-déjeuner, un mariage comme un anniversaire : privatisation totale ou demande en mariage,  tout s’y envisage !

 Au deux pas du Pont Neuf, une nouvelle maison pour Moma Sélection 

Le restaurant Lapérouse se situe au coeur du vieux Paris dans une institution parisienne réputée pour sa situation de plain-pied sur la Seine, son enfilade de salons historiques, son décor feutré et le grands noms de l’Histoire – politiques, capitaines d’industrie ou intellectuels – qui y ont eu leurs habitudes depuis le 18ème siècle. Cet ancien hôtel particulier du 18ème siècle devient un restaurant gastronomique dans la seconde moitié du 19ème siècle, rapidement fréquenté par le Tout-Paris littéraire, politique et culturel. Nerval, Baudelaire, Zola, Maupassant, Proust, Edouard Manet, Hector Berlioz, Jules Verne… Chaque salon particulier garde sa patine et  l’âme d’un de ses illustres habitués. Du Duc de Windsor à François Mitterrand, d’Orson Welles à Serge Gainsbourg, les temps modernes ont également vu le passage des grands de ce monde. Une atmosphère inédite et très parisienne qu’Alex Vanopbroeke, restaurateur, a voulu retraduire dans ses travaux de rénovation au sein du bar installé au rez-de-chaussée; Tapissiers et peintres du Carré Batignoles ont oeuvré de concert afin de créer une atmosphère élégante, feutrée et sensuelle. Entre banquettes capitonnées de velours et boiseries repeintes à la feuille d’or, le décor invite au voyage dès la porte du Lapérouse franchie.

Salons privés (de 2 à 60 pers.)

L’architecture du Lapérouse est d’une amusante -et intrigante – complexité. De multiples recoins, couloirs et escaliers mènent à plusieurs salles à manger – toutes de styles différents – et aux salons particuliers (accueillant de 2 à 12 pers.) dont les noms évoquent les heures nobles de la maison : le romantique Quai aux Fleurs (2 pers.), Les Sénateurs (4 pers.), Victor Hugo (6 à 8 pers.)…   Etabli face à la Seine et à l’Ile-Saint-Louis, le restaurant bénéficie  d’une situation exceptionnelle et de magnifiques depuis les fenêtres de ses salles à manger. A l’étage du dessus, le salon Lapérouse, rouge et or, coiffé de poutres, peut accueillir jusqu’à 60 couverts et voisine une autre salle : le salon de la Boussole (jusqu’à12 pers.) en surplomb de la rue des Grands Augustins pour ce dernier. De l’autre coté du couloir, le très lumineux salon de l’Astrolabe offre un décor rococo avec ses couleurs vives et ses nombreuses moulures (jusqu’à 35 pers.).  Plafonds bas, poutres d’époque, fresques murales, tapis d’Orient : les témoignages du passé sont nombreuses et ont été préservés au fil des années.

Le Saviez-Vous…
– Monsieur Lefèvre, limonadier du roi, achète l’Hôtel Particulier en 1766 et le transforme en « Marchand de Vins » où s croisent à toute heure du jour, marchands et acheteurs de volaille (le célèbre marché aux volailles, Marché de la Vallée, est alors en face).
Victor Hugo de son temps venait chaque semaine déguster les fameuses confitures Lapérouse en compagnie de son petit-fils.
– En 1933, Lapérouse fait partie de la première promotion des Trois Etoiles du guide Michelin, à coté de la Tour d’Argent, de Lucas Carton et de La Mère Brazier. Il arborera, 38 ans durant, la distinction suprême des 3 Macarons.
– Le salon de la Boussole (nom d’un bateau du comte de La Pérouse) est entièrement couvert de cuir de Cordoue façonné.
Les élégantes et « cocottes » avaient l’habitude de graver leur nom avec les diamants que ces galants Messieurs leurs offraient : les « griffures » datés de 1850 à 1958 y sont tellement nombreuses qu’on peut aujourd’hui passer des heures à déchiffrer ces amours secrets.
Un escalier dérobé menant au Couvent des Grands Augustins permettait aux Sénateurs d’investir, ou de quitter, un salon en toute discrétion !

www.laperouse.com

51 Quai des Grands Augustins, 75006, Paris

Contact : commercial@laperouse.com /  Tel : (0)1 43 26 68 04.

 

 

26
Jan
2018

Quoi?  L’Hôtel Mona Bismarck, un lieu parisien historique et inédit, intègre la régie commerciale Moma Sélection 
Où ?  Au 34 avenue de New York, voisin du Palais de Tokyo, face à la Tour Eiffel  : un périmètre de choix
Avec ?  Le Mona Bismarck American Center qui continue d’animer le lieu avec une programmation éclectique,  visant au rayonnement des arts américains contemporains en Europe

Lire la suite

28
Nov
2017
02
Oct
2017
21
Sep
2017

Quoi? La prochaine Fashion Week qui se tiendra du 26 septembre au 3 octobre 2017 à Paris
Où? Dans nos adresses coups de coeur du Triangle d’Or, de jour comme de nuit
Qui croiser ? Mannequins, acheteurs, directeurs artistiques, personnalités du catwalk… et tous les amateurs de la vie parisienne

Lire la suite

15
Sep
2017
13
Sep
2017